[pro_ad_display_adzone id=5907]
Entrepreneuriat

Dady Thérèse Ngalula plaide pour la suppression des disparités qui freinent l’épanouissement des femmes rurales

La Dynamique des femmes pour le développement Intégral (DFDI) a, mercredi 18 octobre 2023, au Kasaï-Central, organisé une activité à l’intention des femmes rurales, sous le thème:  » sensibilisation communautaire des femmes rurales sur les inégalités socioéconomiques et de la santé de la reproduction ».

Facilitatrice de cette rencontre, la Coordonnatrice de l’Association Kuya Kumpala (AKK), Dady Thérèse Ngalula, a estimé que pour parvenir à l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes est un ingrédient fondamental dans la lutte contre l’extrême pauvreté, la faim et la malnutrition au sein des communautés.
« Il est plus que temps de redoubler d’efforts pour supprimer les disparités qui empêchent les femmes rurales d’accéder au travail décent. Les femmes et les filles jouent un rôle majeur, de plus en plus, reconnu dans la pérennité des foyers et des communautés en zones rurales « , a-t-elle déclaré.


Mme Ngalula a également fait savoir que  » ces femmes constituent une grande partie de la main d’œuvre agricole, formelle et informelle, et effectuent la grande majorité des tâches domestiques et des soins – activités non rémunérées – au sein des familles et des foyers en zones rurales « .
Aussi , elles contribuent de manière significative à la production agricole, à la sécurité alimentaire et à la nutrition, à la gestion des terres et des ressources naturelles et au renforcement des capacités d’adaptation face aux changements climatiques.
Face à l’ampleur de la situation au Kasaï-Central, la coordonnatrice de l’Association Kuya Kumpalade a exigé des réformes en faveur des femmes rurales dans les politiques publiques.
 » Les femmes et les filles en milieux ruraux souffrent de manière disproportionnée d’une pauvreté multidimensionnelle. Elles peuvent être aussi productives et entreprenantes que leurs homologues masculins, mais elles accédent de moins en moins à la terre, au crédit, aux intrants agricoles, aux marchés et aux chaînes agroalimentaires à forte valeur ajoutée, et obtiennent des prix inférieurs pour leurs récoltes « , a affirmé Mme Ngalula.
En guise de reconnaissance du travail abattu par les femmes rurales dans les systèmes alimentaires du Kasaï-Central, elle dit pouvoir revendiquer leur accès aux services sociaux de base ainsi qu’à un travail décent.

Notons que cette activité a été initiée en marge de la journée internationale des femmes rurales célébrée le 15 octobre de chaque année. Le thème retenu sur le plan international est :  » infrastructures durables, accès aux services publics, protection sociale au service de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes et des filles rurales « .
En République démocratique du Congo, c’était sous le thème :  » améliorons les infrastructures durables, en vue d’autonomiser les femmes et les filles rurales pour éliminer la faim et assurer la sécurité alimentaire « .

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia