Enfer des femmes

Violences conjugales: Nathalie Kambala place les conjoints devant leurs responsabilités après le décès d’un couple

La violence conjugale est à la base du décès d’un couple au groupement Bena Kamenenga dans la commune de Nganza, à 15 kilomètres du centre-ville de Kananga au Kasaï Central.

Selon le commandant du commissariat de la police nationale congolaise PNC/Nganza qui a rapporté les faits, il s’agit de Ngandu et de sa femme Ntumba Mukendi, parents de cinq enfants.

A en croire la Directrice pays de l’ONG Femme main dans la main pour le développement Intégral (FMMDI), Nathalie Kambala Luse, le conjoint a tabassé son épouse jusqu’à l’achever sur le coup. En représailles, les membres de la défunte se sont faits justice en brûlant vif le mari.

L’évènement a eu lieu dans la soirée du dimanche 16 juillet 2023 où une simple dispute entre conjoints est tourné au pire.

Consternée par ces décès tragiques, Mme Kambala Luse a condamné la recrudescence des cas des violences conjugales à Kananga et ses environs, avant d’appeler les conjoints à recourir au dialogue pour résoudre leurs différends.

 » Je déplore la mort d’un couple marié. N’ayant pas supporté la dispute, l’homme a bousculé sa femme jusqu’au mur qui est décédée suite à une forte hémorragie. Nous condamnons cet acte irresponsable de ces deux époux qui n’ont pas su digérer leurs problèmes. C’est inadmissible de toujours vouloir donner la mort à une autre personne. Ils ont maintenant exposé la vie de leurs enfants. Chers couples, essayez de gérer vos problèmes, on se marie pour le meilleur et le pire » a-t-elle dit.

A cet effet, elle a recommandé aux autorités politico-administratives et coutumières de pouvoir prendre des dispositions utiles pour empêcher ce genre de drames.

En sa qualité d’activiste des droits humains, Mme Kambala a sollicité l’implication de la justice afin d’identifier les auteurs de ce crime et retracer les évènements.

Notons qu’un cas des violences conjugales a été également signalé le même jour au secteur de Tshibungu à Demba.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia