BGFI – 3 Qualifié
FDA 10 ans Bannière
BGFI – Rakka Cash
BGFI – Payement Impôt
Culture

Marie-Sylvie Mbelu, une photographe passionnée par son métier

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la photographie célébrée le 19 août, Marie-Sylvie Mbelu dit être passionnée par son métier.
Lors d’un entretien accordé à Femme d’Afrique Magazine, elle a fait savoir qu’elle a été toujours attirée par la photographie même si elle a exercé d’autres professions.
 » Je vivais avec la photo en moi mais je ne savais pas m’exprimer. Il fallait donc beaucoup de temps pour que cette passion puisse germer en moi. C’est quelque chose qui est dans mon sang, dans mon esprit et dans le plus profond de moi « , a révélé Mme Mbelu.


Selon elle, il y a trois ans qu’elle a commencé à exercer son métier après avoir suivi une formation en photographie. Ce n’est pas un hasard, pour elle, de se retrouver dans le monde de la photographie étant donné que son défunt père adoptif, un sujet belge marié à sa mère était un grand photographe.
 » Il était le photographe au Bas-Uele (à l’époque district de la Province -Orientale) et les gens venaient de partout pour se faire photographier à la mission catholique de l’Eglise de Bondo « , a indiqué la photographe.
En ce qui concerne les difficultés rencontrées, Mme Mbelu a évoqué la discrimination subie par le simple fait qu’elle soit une femme. Dans un monde où le métier de photographe est plus dominé par les hommes, elle a révélé sa volonté de s’imposer en vue de trouver sa place.
 » Notre milieu nous accepte difficilement en tant que femme. Je m’impose dans un monde masculin où il y a trop de critiques que des encouragements et des crocs à jambes. Souvent dans plusieurs milieux où je me suis retrouvée en tant que photographe, j’ai été à première vue minimiser à cause de mon sexe. Je me suis faite une place grâce à mes œuvres », a raconté cette photographe professionnelle.


A l’en croire, ces obstacles constituent, en fait, une source de motivation pour elle afin d’aller encore de l’avant. Un travail qui assure actuellement son pain quotidien.
Par ailleurs, elle a encouragé les autres femmes à pouvoir exprimer leur passion pour la photographie, avant de conseiller ces dames de travailler leur mental, leur physique et d’avoir de matériel de qualité pour se distinguer.  » Nous exerçons un travail qui nous exige d’être debout et en mouvement tout le temps. Raison pour laquelle, il faut être forte « , a conseillé Mme Mbelu.
Cette photographe a notamment signalé que son souci est d’initier beaucoup de femmes dans métier de photographe. « J’ai eu à former certaines filles parce que je souhaite qu’elles apprennent aussi la photo « , dit-elle.

L'auteur

Votre avis sur cet article