FDA Magazine
Enfer des femmes

Kasaï Central/Procès sur le meurtre d’une femme à Nganza par son mari : Des renseignants chargent le présumé meurtrier

Invités jeudi 12 janvier 2023 par le tribunal de grande instance de Kananga à l’audience de l’instruction en flagrance du prévenu Mulumba Tshisungu Norbert, poursuivi pour meurtre de son épouse, les renseignants du dossier RP020 ont cloué le prévenu en confirmant la thèse de la partie civile.

Cette deuxième audience a consisté à l’identification du prévenu et du plaignant ainsi que l’audition des renseignants.

Kankolongo Ntumba, âgée de 5 ans et fille de Mulumba Tshisungu, a affirmé devant le tribunal avoir vu son père administré des coups de poing à sa mère au terme d’une dispute liée à la somme de 300 francs congolais. Cette renseignante citée par la partie civile n’a pas hésité d’affirmer que son père est le principal assassin de la regrettée Wakuteka.

Jean Pierre Kalonji, officier de la Police Judiciaire (OPJ), présenté au Tribunal de grande instance à l’audience de ce jeudi 12 janvier 2023 comme nouveau renseignant, a affirmé avoir vu des tissons au bas ventre et des lésions sur la face de la dépouille mortelle lors de l’enquête menée quelques heures après sa mort samedi 07 janvier 2023 au village Kadiosha dans le groupement de Bena Kamenga près de Tshikaji dans la commune de Kananga.

A en croire le ministère public, Norbert Mulumba Tshisungu a été arrêté à la suite de la mort de sa femme suite aux coups qu’il lui aurait orchestré dans la soirée du vendredi 06 janvier courant à Kadiosha .

Abordant dans le même ordre d’idée, le chef du village Kadiosha, Luboya, a dit avoir appris des masses rurales, l’assassinat d’une femme par son mari dans son village. Joint au téléphone par un infirmier du centre de santé Muyenge pour faciliter le rapatriement du cadavre, le chef Luboya dit avoir envoyé ses troupes aussitôt pour sécuriser le présumé assassin des représailles et lui remettre entre les mains de la justice.

Ce qui ne fait pas douter au ministère public le statut de Mulumba au regard de son emprise et autorité manifeste ainsi que des déclarations des renseignants; casquette que le prévenu Mulumba Tshisungu nie toutes les incriminations sur lui depuis lors n’accepte pas du tout, indiquant que sa femme souffrait souvent d’hypertension et sa réaction de récupérer son enfant avait suscité des agitations d’où sa chute lors de la dispute. Pour lui, l’enfant présent était déjà endormi et les autres présentés par la partie civile ont été fabriqués pour cause par sa belle famille.

Invités à la barre comme renseignant, les deux infirmiers des centres de santé Tshibangu et Muyenga où la défunte a été amenée pour des soins sans succès, ont déclaré tour à tour n’avoir pas pris du temps à diagnostiquer le corps. Ce, après l’examen de télescope qui n’accusait pas battement du cœur.

La partie défenderesse a sollicité la comparution de la voisine de Mulumba au nom de Bidingisha Monique, qui selon le conseil, avait vécue le fait en séparant les deux conjoints qui se disputaient l’enfant dans la nuit du vendredi 06 janvier courant.

Le Tribunal a dû suspendre l’audience annonçant sa reprise ce samedi 14 janvier prochain avec la poursuite des auditions et les dépositions des renseignants .

Notons que ce procès a été obtenu grâce à l’implication de l’ONG Femmes main dans la main pour le développement Intégral FMMDI que dirige Nathalie Kambala Luse en République Démocratique du Congo.

JC

1 Comment

Votre avis sur cet article