FDA 10 ans Bannière
BGFI – Rakka Cash
BGFI – Payement Impôt
BGFI – 3 Qualifié
Politique

Cedrick Mupoya Yamulamba : « Je soutiendrai les efforts du gouvernement pour pacifier la région et protéger la population civile »

Licencié en économie monétaire de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), Cedrick Mupoya Yamulamba, a pour ambition de défendre les droits sociaux ainsi que l’économie du peuple Congolais, afin de l’aider à améliorer ses conditions de vie, notamment en matière d’éducation, de santé et d’accès à l’eau potable.

Au cours d’une interview accordée à Femme d’Afrique Magazine, M. Mupoya Yamulamba a parlé notamment de son ambition qui consiste à se faire élire sénateur dans le but de réaliser le souhait du peuple Congolais pour une meilleure prise en charge.

Femme d’Afrique Magazine : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs et lectrices ?

Cedrick Mupoya Yamulamba : Je suis économiste de formation. J’ai également un master en Sciences de Gestion (audit, comptabilité et Droit des affaires) à l’Université de Liège en Belgique.
Pour mon parcours professionnel, j’étais Conseiller des Entrepreneurs au sein de la banque EquityBCDC (ex ProCredit Bank), agent d’affaires à Vision fund international RDC, Directeur administratif et financier d’une grande structure de la place.
Je suis également leader d’opinion et Manager, consultant indépendant et CEO de l’établissement CMY & Co Entrepreneur.

FDA : Quels sont les faits saillants ayant marqué votre cursus professionnel ?

CMY : Les faits saillants ayant marqué ma vie professionnelle se résument dans la bonne productivité et la performance qui conduisent à la réussite lorsque je me concentre à travailler en équipe. Car, on ne réussit jamais seul dans la vie. Partout où je suis passé, j’ai laissé des traces et une assurance de la continuité.

FDA : Quelle lecture faites-vous de la situation politique actuelle en République démocratique du Congo ?

CMY : La situation politique actuelle en RDC est complexe et fragile. D’un côté, on observe une certaine stabilité institutionnelle après l’alternance pacifique du pouvoir à l’issue des élections de 2018.

De l’autre côté, de nombreux défis persistent encore entre autres l’insécurité dans l’Est du pays, la résurgence des groupes armés dont le M23, et les conflits intercommunautaires créent une situation humanitaire préoccupante.
Aussi, la corruption et la mauvaise gouvernance sont des fléaux qui gangrènent le pays et freinent son développement.
Enfin, les inégalités sociales font que la majorité de la population Congolaise vit dans la pauvreté, tout en ayant un accès limité aux services de base.

FDA : Quels sont vos ambitions et perspectives d’avenir après être élu sénateur ?

CMY : Si je suis élu sénateur, je m’engage à lutter pour la paix et la sécurité dans l’Est du pays. Je soutiendrai les efforts du gouvernement pour pacifier la région et protéger les populations civiles.
Il sera aussi question de promouvoir la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, de mettre en place des mécanismes de contrôle et de transparence pour garantir une gestion saine des ressources publiques.
Sans oublier la défendre des droits sociaux et économiques du peuple Congolais, y compris l’amélioration des conditions de vie de la population, notamment en matière d’éducation, de santé et d’accès à l’eau potable.

FDA : En tant que citoyen Congolais, quel profil avez-vous du nouveau gouvernement pour un Congo meilleur ?

CMY : Le nouveau gouvernement devrait être composé des personnes compétentes et intègres. Les ministres doivent avoir les compétences nécessaires pour gérer les différents secteurs du pays et être irréprochables sur le plan moral.
L’équipe gouvernementale doit refléter la diversité ethnique, linguistique et régionale de la RDC. Engagés à servir le peuple Congolais, les membres du gouvernement doivent avoir le souci du bien-être de la population et être dévoués à la tâche.

FDA : Quel regard portez-vous sur la parité ? pensez-vous que la RDC soit sur la bonne voie ?

CMY : La RDC a fait des progrès en matière de parité, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.
La faible participation des femmes à la vie politique et économique est un obstacle majeur au développement du pays. Il est nécessaire de mettre en place des mesures concrètes pour encourager l’autonomisation des femmes et leur participation à tous les niveaux.

FDA: Votre mot de la fin

CMY : Je suis convaincu que le Congo a un grand potentiel et nous pouvons construire un avenir meilleur pour tous les Congolais.
Je m’engage à travailler sans relâche pour le développement et la prospérité de notre pays.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.