[pro_ad_display_adzone id=5907]
Politique

Proposition de Loi portant protection et responsabilité du défenseur des droits de l’homme: un plaidoyer adressé au Sénat

Le Président de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), Paul Nsapu Mukulu, a, mercredi au Centre Carter à Kinshasa, pris part à l’atelier de « légitimation de la Loi portant protection et responsabilité du Défenseur des Droits de l’Homme (DDH) avec les sénateurs.

Cette activité a été initiée par les organisations de la société civile, notamment la Voix des Sans Voix (VSV), le SOS IJM et le Service international pour les droits de l’Homme (SIDH), avec la participation des sénateurs et députés nationaux, ainsi que certains acteurs de la société civile, rapporte une dépêche de cellule de communication de la CNDH.

Selon M. Nsapu, les organisateurs sont appelés à mettre en place des stratégies efficaces avec les sénateurs. Question de faire un suivi régulier en mettant en place un plan de plaidoyer global et inclusif pour des actions orientées vers les parlementaires et le ministère des droits humains, en collaboration avec les partenaires techniques et financiers.

« La CNDH demeure intéressée et engagée dans ce processus et attend, dans la même logique, que celle-ci réunisse une délégation des parlementaires (députés et sénateurs), des représentants du Gouvernement et des institutions publiques (ministères de la Justice, Droits humains et services publics), des défenseurs des droits humains et des représentants des missions diplomatiques », a déclaré le président de la CNDH.

« Premièrement, c’est pour engager un débat public, et favoriser les échanges sur ce plaidoyer législatif essentiel et prioritaire en matière des droits humains. Deuxièmement, il s’agit de constituer une équipe forte de suivi pour le plaidoyer de ce projet de loi en RDC « , a-t-il ajouté, avant d’appeler à l’unité des forces.

De son côté, le Président de la Commission permanente des Droits de l’Homme de l’Assemblée nationale, le député national Simon Pierre Yananio, a relevé que ce projet de loi déjà adopté au niveau de la Chambre basse a été fait de manière à protéger les défenseurs des droits de l’homme, mais aussi de les mettre devant leur responsabilité.

« La vision pour la RDC est de faire des droits de l’homme une priorité pour les actions engagées au niveau de l’Etat et au niveau des associations », a précisé le député national Simon Pierre Yananio.

Il a également plaidé auprès des sénateurs, présents à l’atelier, de faire d’urgence pour examiner ce projet de loi à leur niveau, et l’envoyer au Président de la République pour promulgation.

Un plaidoyer approuvé par le président de la commission Politique, administrative et juridique (PAJ) du Sénat, le sénateur Jean Bakomito. Il a pris l’engagement, en accord avec les autres sénateurs présents à la rencontre, pour la plupart membres de cette commission PAJ, de travailler pour que ce projet de loi soit inscrit lors de la session en cours, pour son examen au Sénat.

Le Coordonnateur de SOS IJM, Justin Bahirwe, la représentante du SIDH, Mme Adélaïde, ainsi que le représentant du directeur du Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme, Hamidou Ngapnah, et le directeur exécutif de la VSV, Ronstin Manketa ont tous plaidé en faveur du vote de la proposition de loi portant protection et responsabilité du défenseur des droits de l’homme au Sénat en RDC, au cours de sa session de mars 2023 récemment ouverte, a fait savoir la source.

TS

L'auteur