BGFI – 3 Qualifié
FDA 10 ans Bannière
BGFI – Rakka Cash
BGFI – Payement Impôt
Société

L’ONG Leadership de la Femme des Médias lance une campagne de collecte de fonds pour soutenir les femmes de l’est

L’ONG Leadership de la Femme des Médias (LFM), a, jeudi 5 octobre 2023, à Kinshasa, lancé officiellement une campagne de collecte de fonds dans le but d’apporter son soutien aux femmes et jeunes filles de l’est de la République démocratique du Congo,
Cette annonce a été faite par la Coordonnatrice de LFM, Grâce Shako, au cours d’une conférence de presse où elle a appelé les personnes de bonne volonté de pouvoir participer à l’opération.
 » Je vous encourage à prendre part à cette initiative. Votre soutien à tous est plus que nécessaire afin de rendre l’espoir à celles qui font preuve chaque jour de courage et de résilience « , a-t-elle exhorté.


Mme Shako a également fait savoir que « nous sommes fiers d’avoir lancé notre campagne de sensibilisation pour soutenir les victimes de la guerre, tout en souhaitant que cessent les violences et la guerre dans notre pays ».
En balançant une vidéo d’une femme appelant à l’aide au camp des déplacés à Bunia, la Coordonnatrice de LFM a signifié que son ong, regroupant des femmes et les professionnels des médias, veut faire entendre davantage la voix des victimes, de mener de plaidoyer, et de faire avancer des choses au niveau des décideurs nationaux et internationaux.
Par la même occasion, Mme Shako a notifié que la situation à l’est est une crise humanitaire souvent ignorée, avant de se référer aux statistiques qui font état d’environ 6,3 millions des personnes déplacées dans le pays. Depuis mars 2022, a-t-elle poursuivi, plus de 2,8 millions des personnes ont fui leur foyer dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu en raison de l’insécurité.
« Dans cette situation, il est à noter que le nombre de femmes et filles victimes de violence et d’exploitation sexuelle a sensiblement augmenté », fait savoir la Coordonnatrice.
Ayant porté la voix des femmes de l’est, l’Editrice de Femme d’Afrique Magazine, Christelle Mpongo a voulu mobiliser l’opinion pour cette cause.
Cette dame qui a vécu dans cette partie du pays n’a pas hésité de s’impliquer au profit de ses semblables.  » J’ai grandi à l’est, précisément à Bukavu. Dans le cadre de mon métier, je travaille notamment dans une ONG humanitaire qui m’a amené à Goma au mois d’août dernier. Quand on vous raconte une histoire, c’est difficile de sentir l’ampleur du fait. Lorsque vous vous rendez dans le camp des déplacés, c’est là où vous allez comprendre que la vie ne tient qu’à un fil « , a-t-elle déclaré.


Selon Mme Christelle Mpongo, ceux qui auront le courage d’aller à l’est et visiter les camps des réfugiés, ils vont comprendre combien il est nécessaire de porter leur soutien à toutes ces familles qui aujourd’hui n’ont que Dieu comme secours.  » Pourtant, Dieu ne peut pas descendre parce qu’il n’agit que par les humains. C’est toi et moi qui doivent venir en aide à ces femmes qui souffrent à l’est. Il faut aller sur place pour se rendre compte de la réalité qui se vit au quotidien », a déclaré l’Editrice de Femme d’Afrique.
Lors de son récent voyage à Goma, Mme Mpongo dit avoir discuter avec certaines femmes déplacées, tout en soulignant que ce n’est pas facile pour elles de quitter leur zone de confort pour aller tendre la main à d’autres personnes.
« J’aimerais appeler au coeur sensible à la douleur des autres de pouvoir réagir à notre appel. J’ai toujours dit que nous sommes tous des potentiels réfugiés, des potentiels déplacés parce que ça peut nous arriver à tout moment sans que nous le voulions « , a-t-elle notifié.


Pour sa part, la Chargée de programme de l’ONG LFM, Merveille Mpoyi a souligné que  » cet appel au soutien n’est pas une obligation mais une œuvre de charité. De tout le coin de la République, nous devons penser à ces femmes et jeunes filles qui ne savent même pas avoir une vie normale. Nous recevons tous les dons de n’importe quelle nature, notamment par M-pesa (0826873044) », a-t-elle affirmé.
Notons que cette campagne lancée depuis près d’un mois sera clôturée par un dîner de charité visant à mettre en lumière les conséquences des violences faites aux femmes et aux jeunes filles dans le Nord-Kivu.

TS

L'auteur

Votre avis sur cet article