BGFI – Neo Bank
BGFI – 3 Qualifié
FDA 10 ans Bannière
Actualité

RDC: Ouverture d’ un atelier sur l’étude de genre sensible aux conditions carcérales des femmes

Le secrétariat général à la justice 4e direction services pénitentiaires « DSP» a  organisé, en partenariat avec le deuxième programme d’Appui à la réforme de la Justice (PARJ2), un Atelier sur l’Etude genre sensible aux conditions carcérales des femmes et de l’étude pour le développement de référentiel des métiers de l’administration pénitentiaire en RDC. Ouvert ce jeudi 18 Mai 2023 dans l’ amphithéâtre de l’INAFORJ par le
secrétaire général de la Justice et garde des Sceaux, King Boboto bo Lololimba qui dans son allocution a déclaré que :
  « Cet atelier consiste à présenter un document qui sert de référence en fonction des études menées par deux experts consultants recrutés dans le cadre de la réforme de la justice en RDC. Il s’agit de l’intégration du genre dans la politique pénitentiaire du pays et de référentiel des métiers de l’administration pénitentiaire en RDC »

Il a fait savoir qu’à l’issue de cet atelier,  les participants vont présenter un document qui servira de référence parce que la RDC se lance dans la voie de l’humanisation des conditions carcérales et permettre également aux établissements pénitentiaires de fonctionner selon des standards internationaux.

De son côté, le chef d’équipe Régisseur de l’Assistance technique du PARJ2, Justin Mushagalusa a affirmé que cette activité s’inscrit dans la mise en œuvre du deuxième programme d’appui à la réforme de la Justice (PARJ 2), issu du cadre de coopération entre la République Démocratique du Congo et l’Union européenne.

« Il y a nécessité d’accompagner la réforme de l’administration pénitentiaire et l’amélioration des conditions de détention dans les établissements pénitentiaires parait évidente », a-t-il ajouté.

 » Cette nécessité est d’autant plus accrue par les insuffisances constatées dans la structuration actuelle et la gestion des ressources humaine de l’administration pénitentiaire. Elle est aussi accrue par les inégalités constatées dans le traitement des femmes et des hommes détenus dans les établissements pénitentiaires », a souligné Mushagalusa.

S’agissant de la directrice ad intérim des Services pénitentiaires, Eden Kizir, les deux experts consultants ont réalisé leurs études sur base des descentes sur terrain dans les établissements pénitentiaires de Kinshasa (Makala et Ndolo), Bunia, Mbandaka et Tshikapa.  » C’était pour observer les conclusions de détention des femmes et les conditions de travail du personnel pénitentiaire », dit-elle.

Pour ce qui est de l’expert Yannick Royer, son étude était axée sur le genre sensible au sein de l’administration pénitentiaire en RDC.  » J’ai observé les manières de travailler de personnel féminin au sein de l’administration pénitentiaire. J’ai fait des propositions pour une amélioration de leurs conditions de travail au quotidien « , a-t-il déclaré.
Cet expert a reconnu que le défi reste monumental par rapport à l’échelle de la RDC, avant de renseigner qu’il est important de lancer une approche un peu différent sur ce rapport entre l’homme et la femme, notamment la place de celle-ci dans les institutions pénitentiaires ainsi qu’en tant que détenue.

Le deuxième expert Meda Bob Zié Wilfried, a eu à répertorier 52 postes d’emploi, afin d’indiquer les compétences nécessaires à ces postes et les matériels à utiliser.
 » J’ai formulé des recommandations pour l’amélioration de la gestion des ressources humaines et la prise en compte du genre », a-t-il poursuivi.

Pour rappel, Le Deuxième programme d’Appui à la réforme de la Justice (PARJ2) est un projet financé par l’Union européenne dont l’objectif global est de renforcer l’Etat de droit et promouvoir la démocratie en République Démocratique du Congo.

Il s’inscrit donc en appui direct à la poursuite de la mise en œuvre des réformes prévues dans la politique nationale de réforme de la justice (PNRJ) et cadre avec le Programme politique du Chef de l’Etat, qui fait de la réforme de la justice, colonne vertébrale de la restauration de l’Etat de droit, une des priorités phares de l’action politique actuelle. Il est mis en œuvre en Ituri, en Equateur, au Kassaï et à Kinshasa.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article