FDA Magazine
Santé

“Octobre -Rose”: seulement 18% des Congolais ont déjà eu à se faire dépister

Depuis 1985, le Mois d’Octobre de chaque année, est consacré à la lutte contre le cancer du sein. Pendant  ce mois, des campagnes de sensibilisation et de dépistage sont organisées de manière à lutter préventivement contre cette maladie.
De par le monde, ce grand événement de portée planétaire a permis de réaliser des résultats appréciables. Par exemple en France, en 2011, 2.400.000 mammographies ont été réalisées grâce à « Octobre-Rose ».

Selon l’OMS, 2,2 millions de cas de cancer du sein ont été recensés dans le monde à 2020 ce qui en fait le cancer du sein le plus courant. Une maladie qui touche à l’échelle planétaire une femme sur 12 et qui constitue la première cause de mortalité par cancers chez les femmes. Des femmes inégales face à la maladie, des antécédents familiaux, des prédispositions génétiques, mode de vie ou facteurs environnementaux, des femmes inégales dans l’accès aux soins et aussi, si le traitement ont connus des progrès significatifs dans les pays ou des structures de santé solide, c’est encore loin de cas dans les pays à faible revenu. Des facteurs géographiques et sociaux qui conditionnent à l’accès à l’information, au dépistage pourtant essentiel pour une prise en charge le plus tôt possible de la maladie car, guérissable si elle est détectée à temps.
En R.D.C, la morbi-mortalité  accrue, comme dans d’autres pays à faible revenus.
Une étude menée à Kinshasa en 2012 rapporte qu’en 23 mois, 152 masses ont été trouvées sur 845 femmes aux Cliniques Universitaires de Kinshasa (Source F. Verdonck, R. Manono, Kinshasa RDC, Leuwen – Belgique). Une autre étude de Target sur le cancer du sein dans les 26 provinces de la RDC a démontré que seulement 18% des Congolais ont déjà eu à se faire dépister alors que 92% estiment que le cancer est une menace hautement dangereuse contre la santé. Dans les provinces de l’Ouest (Equateur, Bandundu) de la RDC, l’absence d’information est doublée de l’absence des structures de dépistages, ce qui accentue encore la dangerosité de cette maladie (Source : info@target-sarl.cd ).

Le dépistage est nécessaire pour eviter le cancer du sein
L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article