[pro_ad_display_adzone id=5907]
Santé

Le lait maternel, le meilleur aliment pour bébé

De plus en plus, les nouveau-nés sont nourris au sein. Beaucoup des femmes ayant finalement intégré cette approche dans leur comportement post accouchement, après moult tergiversations dues essentiellement aux mauvais conseils de leur entourage, palpent aujourd’hui les effets bienfaisants de l’allaitement maternel sur la santé de leurs bébés. Ces derniers, à force de téter le sein de leurs mères, voient leur dispositif immunitaire être renforcé avec, à la clé, une protection assurée contre les microbes.

Il est scientifiquement prouvé aujourd’hui que le lait maternel constitue le meilleur aliment pour bébé parce que contenant tout ce dont il a besoin pour sa croissance : vitamines, sels minéraux, oligoéléments, sucres, graisses, protéines etc., le tout en justes quantités. Il est prouvé qu’aucun lait infantile industriel ne peut actuellement s’adapter à ce point aux besoins exacts de l’enfant. 

Aussi l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande-t-elle l’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie du bébé, et qui doit se poursuivre ensuite jusqu’à l’âge de deux ans au moins, en l’associant à une alimentation de complément qui convienne. Cette exhortation à l’allaitement à long terme bute cependant à certaines résistances dues notamment au contexte culturel, mais aussi, aux difficultés de la mère à tenir ce pari (douleurs au sein, fatigue, prise de poids trop lente de la part du nourrisson etc). A cela s’ajoute la difficulté, pour les femmes travailleuses, à concilier l’allaitement avec une vie professionnelle intense qui reprend en général quinze semaines après la naissance.


Bien qu’il y ait peu de preuves, à ce jour, sur les bienfaits de l’allaitement à long terme, les spécialistes s’accordent néanmoins sur les dividendes que peut en tirer la mère. En effet, non seulement qu’il contribue à la santé et au bien-être de celle-ci, mais l’aide aussi à espacer les naissances et à réduire le risque de cancer ovarien ou mammaire. L’allaitement au sein accélère par ailleurs les contractions de l’utérus, lui permettant de reprendre sa place plus rapidement après l’accouchement.
Au-delà de tout, l’allaitement au sein est un moment d’échanges privilégié entre la mère et son enfant. Il renforce les liens affectifs et influe sur le comportement psychoaffectif du nourrisson.   
A tout prendre, l’allaitement n’est pas en soi une panacée, mais d’après les études spécifiques, les nourrissons et les enfants en retirent différents avantages quand leur mère est capable de les allaiter de façon optimale. La société devrait dorénavant trouver des moyens pour soutenir les mères afin que cette pratique devienne universelle et soit digérée par la gent féminine, de tout horizon et de toute condition. 
« Tout ce qui est naturel n’est pas simple », dit-on. Nourrir au sein, cela s’apprend, et ça ne va toujours pas sans difficultés, et il faut faire avec.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.