[pro_ad_display_adzone id=5907]
Actualité

Journée mondiale de la liberté de la presse : Nathalie Kambala invite les journalistes à intégrer l’aspect genre

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse le 03 mai, la Directrice-pays de l’ONG Femme Main dans la Main pour le Développement Intégral (FMMDI), Nathalie Kambala Luse, a sollicité l’implication des journalistes concernant la promotion du genre à travers leurs émissions ainsi que la publication des articles sur les violences basées sur le genre (VBG).

Elle a lancé cet appel au cours d’un briefing organisé par FMMDI à l’intention d’une cinquantaine de journalistes s’agissant la production des émissions sur les violences basées sur le genre, le harcèlement sexuel, les abus et exploitation sexuelle.
Cette rencontre a été organisée à Kananga, avec l’appui du Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA) et le financement de la Banque mondiale dans le cadre du projet PERSE.

Par la même occasion, Mme Kambala Luse a salué les efforts fournis par les professionnels des médias, avant de promettre l’appui de quelques organes de presse locaux, dans le cadre de ce projet, afin de pérenniser les acquis des actions menées par ses partenaires même après leur départ.
Il est question à ce que les organes de presse puissent continuer d’informer, de former et de mobiliser les membres de leur communauté sur la lutte contre les VBG et toute autre forme des violences faites à la femme et à la jeune fille.

 » En cette journée vous est consacrée, je tiens à saluer le travail que vous avez toujours abattu pour informer et former nos communautés. Je vous exhorte au respect des lois qui régissent votre secteur afin d’éviter tout dérapage professionnel. Nous réitérons notre solidarité à tous les journalistes victimes des violences et réaffirmons notre accompagnement en cas de besoin « , a déclaré la Directrice-pays de FMMDI.

Au cours de cette rencontre, le Chargé du projet de FMMDI, Dieudonné Kabasua Batadi, est revenu sur les techniques de la couverture, du traitement et de la diffusion des faits liés aux VBG et autres violations des droits de la femme.

Notons que les animateurs du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) et de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) ont également pris part à cette activité.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia