Politique

Candidate députée nationale, Dady Thérèse Ngalula, milite contre les inégalités sociales

Candidate aux législatives nationales de décembre 2023, la Présidente fédérale de parti politique l’Action Commune pour la République (ACR), Dady Thérèse Ngalula Kasonga est déterminée à défendre les droits de ses pairs au sein de l’Assemblée nationale.

Ambitieuse, cette femme leader veut être l’ambassadrice des femmes et jeunes filles en vue de combattre toutes les injustices et inégalités sociales dont elles sont souvent victimes dans la société congolaise.

« Je suis fière et engagée à porter la voix des femmes et filles, ainsi que des personnes marginalisées et vulnérables pour militer contre les inégalités sociales dans notre pays, particulièrement au Kasaï-Central « , a déclaré Ngalula Kasonga.

Pour l’heure, cette actrice politique s’est lancée dans la sensibilisation de ses sympathisants pour une participation massive au processus électoral en cours.

Faut-il souligner que Mme Ngalula Kasonga a également axé son combat dans plusieurs aspects entre autres le leadership politique, la sécurité, le social, la santé, l’emploi, la cohésion nationale, la justice, la lutte contre la corruption et l’éducation.

Parcours politique

C’est depuis son jeune âge qu’elle se retrouve dans le monde politique après ses études secondaires.
A en croire Mme Ngalula, elle a adhéré au sein du parti politique le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD), en 2005, où elle fut secrétaire provinciale de la ligue des jeunes. Etant écartée de la gestion lors du partage des postes dans les cabinets ministériels, elle finira par quitter cette formation politique.

En 2018, elle refait son apparition comme présidente fédérale de parti politique l’Union des peuples congolais engagés (UPCE). Cependant, le manque d’engagement du collège des fondateurs a fait qu’elle puisse jeter l’éponge.

Depuis 2022, elle fait partie de l’ACR ayant pour mission de faire assoier le parti dans la ville de Kananga et dans les périphéries.

En outre, Mme Ngalula est en train de sensibiliser notamment pour le rajeunissement de la classe politique, mais surtout pour l’élection des femmes parce qu’elles ont des atouts susceptibles de faire la différence du moment où les hommes ont échoué dans la gestion de la chose publique.

Promouvoir les droits des femmes

Face à la marginalisation des femmes et filles, cette politicienne a décidé d’œuvrer aux côtés d’autres femmes leaders dans l’objectif de promouvoir et de défendre les droits de ses pairs.
Pour matérialiser son engagement, elle va créer, en 2018, l’Association Kuya Kumpala, une ASBL qui intervient également dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), l’agriculture, l’élevage, l’entrepreneuriat féminin et l’éducation.

Il convient de signaler que Kuya Kumpala a orienté ses actions au profit des cultivatrices et des femmes et enfants vulnérables.
Raison pour laquelle, les femmes vulnérables, les veuves et celles de troisième âge bénéficient périodiquement des vivres et non vivres.

En ce qui concerne l’agriculture, cette association distribue à chaque saison agricole des semences améliorées et des outils de champ aux associations des femmes pour la production agricole dans leurs milieux respectifs, afin de lutte contre l’insécurité alimentaire.

Dans le volet éducation, elle donne des fournitures scolaires aux enfants démunis dans plusieurs écoles primaires, mais également des matériels didactiques aux établissements scolaires afin d’améliorer les conditions d’études des élèves.

Notons que Mme Ngalula est cadette d’une famille de 7 enfants, et licenciée en Gestion des ressources humaines à l’Institut supérieur d’études sociales (ISES-Kananga). Actuellement, elle travaille dans une entreprise du portefeuille de l’Etat ayant une représentation à Kananga.

Cet article est rédigé dans le cadre du projet  » Accroître la participation de la femme et de la jeune fille au processus électoral dans la province du Kasaï en RDC par le renforcement de leurs capacités et la sensibilisation » qu’exécute l’ONG Femme main dans la main pour le développement Intégral (FMMDI) avec le financement du Fonds Canadien d’Initiatives locales (FCIL).

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia