Entrepreneuriat

La Fondation GRAME assure l’autonomisation économique de 200 femmes

La Fondation Grâce à ma mère (GRAME) a, jeudi 4 juillet 2024, organisé la 5ème édition de la cérémonie de remise des kits métiers à 200 jeunes femmes pour la création des activités génératrices des revenus (AGR), afin d’assurer leur autonomisation économique.

A l’issue des formations techniques accélérées en Coupe et couture, pâtisserie, esthétique générale et transformation Agroalimentaire, ces jeunes femmes vont désormais appliquer les connaissances acquises pendant quatre mois, en se lançant dans l’entrepreneuriat. Chacune d’elles a également reçu un brevet qui sanctionne la fin de la formation.

Selon la Présidente de la Fondation GRAME, Julie Nsuele, ces jeunes femmes formées ( filles-mères, adolescentes, veuves, femmes battues, épouses…) sont venues des différentes communes populaires de la ville de Kinshasa en vue de sortir du cycle vicieux de la pauvreté, en s’auto prenant en charge, tout en devenant autonomes.

« L’octroie des kits métiers a pour objectif de permettre aux lauréates à créer une AGR pour lutter contre la pauvreté », a déclaré Mme Nsuele qui a rassuré qu’elles seront suivies par une équipe de GRAME pour s’assurer que les matériels reçus seront utilisés en bon escient.

Profitant de la circonstance, la Présidente de la Fondation GRAME a souhaité la pérennisation de la collaboration de son ASBL avec ses partenaires, avant de rassurer que les actions menées par son organisation sont concrètes, et leurs bénéficiaires identifiables.

Mme Nsuele a également encouragé les lauréates pour les efforts consentis et la volonté manifestée pour arriver au bout de leur formation.

Pour sa part, le Ministre de la Formation professionnelle, Marc Ekila, a demandé à ces 200 jeunes femmes de se considérer maintenant comme étant des acteurs importants de la vie économique.
Il a promis de travailler pour rendre opérationnel le cadre national de certification de titre de formation professionnelle dans le pays.

De son côté, la Ministre de la Jeunesse et Eveil patriotique, Noella Ayeganagata a reconnu à sa juste valeur l’engagement de la Présidente de la Fondation GRAME pour l’épanouissement de la jeunesse.

« Je vais accompagner les initiatives pour le développement intégral de la jeunesse congolaise et son intégration dans la société. La jeunesse est un atout majeur pour notre pays, elle doit être soutenue pour qu’elle puisse réaliser son plein potentiel », a-t-elle affirmé.

La Ministre du Genre, Famille et Enfant, Léonie Kandolo, a, quant à elle, rappelé aux lauréates que ces kits métiers soulignent les qualités uniques de chaque femme.
« Ils vous ouvrent les portes d’un avenir meilleur pour chacune de vous. Ces kits vous permettront de développer des nouvelles compétences, de créer votre propre opportunité et de vous épanouir de votre activité professionnelle », a-t-elle exhorté.

S’agissant de Ministre de l’Industrie et Petites et moyennes Entreprises (PME), Louis Kabamba, il a émis le vœu de travailler en partenariat avec la Fondation GRAME.

Nécessité d’assurer l’autonomisation des femmes

En ce qui concerne le Représentant du Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA), les 200 femmes formées viennent de franchir une étape dans leur vie.
« En investissant dans la formation professionnelle, de l’autonomisation des femmes et des filles, nous investissons dans un avenir meilleur pour tous. Ces jeunes femmes sont les piliers de notre communauté, des leaders de demain », a indiqué le Représentant de l’UNFPA.

Le Coordonnateur national du Projet d’Appui au Développement des Micros, petites et moyennes Entreprises (PADMPME), Alexis Mangala, a appelé les femmes bénéficiaires des kits métiers à une gestion orthodoxe de ces outils, avant de reconnaître les efforts entrepris par les structures d’encadrement, singulièrement la Fondation GRAME qui a est à sa 5ème édition de remise des kits métiers de démarrage d’une AGR.

Le Directeur régional de Service humanitaire de l’église de Jésus Christ des Saints des derniers jours, Didier Mutombo, a fait savoir que « nous sommes motivés d’accompagner le gouvernement, notamment à travers le ministère de la Formation professionnelle et Métiers dans le but d’amélioration les conditions d’études et de permettre aux bénéficiaires de cet appui d’être autonomes et performants, de renforcer leurs capacités d’apprentissage », a-t-il ajouté.

Et de poursuivre : « l’avenir de ce pays dépend aussi de la contribution professionnelle de chaque femme, et la contribution de chaque femme est le résultat d’une bonne formation ».

Notons que les lauréates ont présenté les habits confectionnés à travers un défilé de mode.

L'auteur

Vous avez des reclamations ? Veuillez les signaler ici .