FDA Magazine
Santé

Kinshasa: Quatre femmes meurent chaque heure en RDC de suites des complications d’une grossesse.

“Dans ce pays, au moins quatre femmes meurent chaque heure de suites. Des complications d’une grossesse ou d’un accouchement”, a déclaré ce mercredi 17 août, le représentant résident de l’UNFPA, à l’ouverture, à Pullman Kinshasa Grand Hôtel, d’une session de formation des journalistes et blogueurs sur “la santé maternelle”.


Le représentant résident de cette agence des Nations unies, qui qualifié cet état de choses d’un drame inacceptable, a révélé que pour parvenir à améliorer cette situation alarmante de la santé maternelle, l’UNFPS s’appuie sur des partenaires incontournables que les médias.
“Nous sommes convenus que la presse constitue une force incontournable pour réussir les actions de développement durable qui tiennent compte des questions de la population”, a-t-il souligné, ajoutant qu’il est nécessaire que les journalistes maîtrisent les sujets qu’ils traitent.


Cette session est destinée à servir d’échange entre les experts en la matière , d’un côté et les journalistes, blogueurs et animateurs des radios communauraires œuvrant dans zones d’intervention l’UNFPA de l’autre, pendant deux journées pour permettre aux professionnels de médias d’être outillés dans ce domaine et de renforcer leurs capacités
La journée de mercredi a été consacrée à la récapitulation des notions élémentaires de la santé maternelle.



La première tranche de cette matière a porté sur le contexte et la situation de la santé maternelle en République Démocratique du Congo. A cette occasion, les participants ont décortiqué trois importants dont les statistiques des décès liés à la santé maternelle dans le monde en général et en RDC en particulier, les causes de décès maternels et les défis pour éviter ces décès, qui ont été développés par les docteurs Pierre Shamwol et Maguy Kanduma.


La deuxième partie a, quant à elle, fait référence à la stratégie de riposte contre les décès maternels.
Les sujets tels que les ressources humaines en santé maternelle, les soins obstétriques et néonatals d’urgence, la surveillance de décès maternels, la planification familiale la santé sexuelle des jeunes et des adolescents, ainsi que les adolescents et la santé sexuelle de reproduction ont été aussi évoqués au cours de la journée de mercredi. Ces dernières thématiques ont dispensées successivement par Mme. Aline Mulonda, et les docteurs Abetty Bilanda et Pierrot Mbeka.
La clôture de cette formation interviendra ce jeudi 18 août

L'auteur

Votre avis sur cet article