Société

Kasaï-Central: des survivantes des VSBG formées pour leur autonomisation

Dans le cadre du projet KOICA, l’ONG Femme Main dans la Main pour le Développement Intégral (FMMDI) a, mercredi 28 mai 2024, à Kananga, organisé une formation à l’intention des survivantes des violences sexuelles et celles basées sur le genre (VSBG) pour leur réinsertion socioéconomique.

Selon la Directrice-pays de FMMDI, Nathalie Kambala Luse, il s’agit de la prise en charge holistique des survivantes des VSBG. Avec ses partenaires des agences des Nations-Unies (UNFPA et PNUD), ainsi que des organisations locales, notamment CARITAS, l’ONG FMMDI a offert un soutien complet à ces survivantes en ce qui concerne la prise en charge psychologique et la réinsertion socioéconomique.

“ Aujourd’hui, nous étions en train de former les bénéficiaires des kits de réinsertion socioéconomique qui sont pratiquement à la porte de sortie pour leur autonomisatio ”, a-t-elle ajouté. Elle a souligné que les femmes formées ont été préalablement identifiées et enregistrées dans la maquette de profilage selon les aptitudes de chacune.

Au cours de cette session de formation, plusieurs thématiques ont été abordées entre autres la comptabilité élémentaire, l’entrepreneuriat et la sensibilisation aux violences basées sur le genre. Cette approche vise à fournir aux bénéficiaires des compétences nécessaires pour les rendre autonomes et actrices de leur propre développement.

A l’issue de la formation, 30 femmes sur les 40 béneficiaires, seront soutenues dans le cadre du projet KOICA. Aussi, FMMDI a, en partenariat avec des centres de formation professionnelle locaux, prévu d’appuyer 10 autres femmes dans le cadre du programme “Justice, autonomisation et dignité des femmes et filles du Kasaï-Central”. Cette démarche témoigne l’engagement continu de FMMDI à soutenir les femmes et les filles dans la lutte menée pour leur dignité et leur autonomisation.

Grâce à ces initiatives, l’ONG espère pérenniser les actions entreprises, afin de redonner l’espoir aux femmes et aux filles du Kasaï-Central, en les aidant à reconstruire leurs vies et à occuper réellement leur place dans la société.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia