Interview

Dr Marie-Thérèse Itongo:  » Les femmes de la CICOS doivent travailler au bénéfice de la communauté »

En marge de la Journée internationale de la Femme (JIF 2023), la Secrétaire Générale de la Commission internationale du Bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS), Dr Marie-Thérèse Itongo a voulu interpeller les femmes qui travaillent au sein de cet organe intergouvernemental.

Elle a porté sa réflexion sur le thème :  » Femme, l’un des pôles de l’humanité et agent de la CICOS, quel est ton apport dans ton environnement ? » Question pour elle, de rappeler à la femme de la CICOS de pouvoir travailler pour le bénéfice de la communauté, avant de signifier à cette femme de se rendre compte du rôle à jouer à plusieurs niveaux. Cette femme reste aussi et surtout un modèle pour les jeunes filles.

 » Pour rejouer ce rôle, il faut que nous puissions taire nos tares et nos égos en ne regardant que le bénéfice de la communauté « , a déclaré la Secrétaire générale lors d’un entretien accordé à une frange des journalistes.

Aussi, les personnes qui nous regardent doivent en notre présence se rappeler du rôle de la femme d’antan, c’est-à-dire celle qui a été le réceptacle du sacré et du secret, a signifié Mme ITONGO.

A travers le choix de ce thème, son souhait est que les femmes de la CICOS prennent conscience de leur place et de la grandeur de l’institution dans laquelle elles travaillent.

C’est pourquoi, l’apport de la femme de la CICOS dans son environnement commence par un travail sur elle-même. Cette femme, a-t-elle ajouté, a l’obligation de se connaître d’abord pour être en mesure de donner.
 » On ne peut donner que ce qu’on a et ce qu’on est. Lorsqu’on se connait, on peut comprendre les autres, tolérer et aimer inconditionnellement, en prouvant aux Etats membres qui nous ont fait confiance que c’est possible de redevenir une nation bantou », a notifié la Cheffe de la CICOS.

Canal des valeurs

La Secrétaire générale de la CICOS a souligné que la femme a le devoir de transmettre les valeurs nobles. En tant que parent, elle doit rassurer ses enfants, notamment en influençant positivement la jeune fille qui ne doit avoir aucun complexe à vouloir réaliser ses rêves les plus fous.
 » Parce qu’elle est le sous-bassement de l’humanité, elle doit comprendre que quelles que soient les difficultés, elle sera capable de les dépasser « , a martelé Mme ITONGO qui exhorte la femme à motiver encore et encore cette jeune fille pour qu’elle ne doute pas de sa capacité à atteindre ses objectifs.

Cette assurance pour elle est nécessaire parce que l’enfant que les parents incitent à la réussite ne pourra être découragé par l’extérieur.

S’agissant de la jeune fille qui n’a pas eu la chance de tomber entre les bonnes mains, Mme ITONGO est rassurée qu’elle peut s’en sortir.  » Je conseillerais à cette jeune fille de s’inspirer des « Success stories » pour prendre conscience de leur potentiel. La lecture des livres de développement personnel peut également la guider et l’aider à retrouver sa personnalité », a-t-elle affirmé.

Se référant au thème de la Journée Internationale de la Femme 2023 qui met un accent sur le numérique, la Secrétaire générale de la CICOS responsabilise les parents quant à l’orientation de leur progéniture, dont la jeune fille, à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). L’explication à apporter à l’enfant concernant la règlementation et l’utilisation du numérique s’avère nécessaire.

« La transmission des valeurs reçues des parents à ses propres enfants est un devoir pour la femme », dit-elle.

Signalons que la CICOS est une institution sous régionale ayant 6 Etats membres, à savoir l’Angola, la République démocratique du Congo, le Gabon, la République du Congo, le Cameroun et la République Centrafricaine.

TS

L'auteur