BGFI – Rakka Cash
FDA 10 ans Bannière
BGFI – 3 Qualifié
BGFI – Payement Impôt
Société

Des jeunes s’engagent à dénoncer tout acte des VBG

L’ONG Chari-Congo a, avec l’appui financier des Journalistes pour les Droits Humains (JDH), organisé le vendredi 15 mars 2024, un atelier de reseautage des jeunes filles et garçons sur les violences basées sur le genre (VBG) et la promotion de la Masculinité positive en République démocratique du Congo.

A l’issue de cet atelier, les jeunes se sont engagés à renoncer et denoncer tout acte des VBG, de se constituer en réseau pour défendre les droits des jeunes filles.


Aussi, de s’impliquer dans la vulgarisation des piliers de la Résolution 2250 entre autres la participation, la protection, la prévention et le partenariat. Un autre engagement de ces jeunes est de pouvoir s’impliquer également dans la prévention des conflits et à la recherche de la paix.

Recommandations

En outre, les participants ont formulé quelques recommandations, notamment d’accroître des ressources dans les programmes de VBG, de tenir compte des jeunes dans tous les programmes, de mettre en place un réseau pour défendre et vulgariser les bonnes pratiques pour lutter contre les VBG et de renforcer le cadre juridique sur les VBG.

Pour sa part, la Chargée de Programme de JDH-RDC, Lucie Ngusi, qui a procédé au lancement de cet atelier de réseautage, a signifié que cette activité s’inscrit dans le cadre du projet  » Canada Monde: la voix de la femme et de la jeune fille « , exécuté par JDH depuis 2019.

La particularité de cette rencontre, dit-elle, est le fait d’avoir associé les hommes afin de lutter ensemble avec les femmes contre les VBG.

De son côté, la responsable de l’ONG Chari-Congo, Me Josepha Pumbulu, a fait savoir que cet atelier avait pour but d’impliquer les jeunes filles et garçons à prévenir et combattre toutes les formes des violences sexistes et sexuelles faites à la femme et à la jeune fille.
Il était notamment question de renforcer les capacités de ces jeunes sur les instruments juridiques internationaux, régionaux et nationaux relatifs à la promotion et protection des droits des femmes.

Mme Pumbulu a indiqué que Chari-Congo est une association d’aide à l’enfance, à la femme et aux personnes vulnérables. Elle s’occupe de la promotion et de la défense des droits humains de la femme et de l’enfant.

Elle a plusieurs domaines d’intervention, dont le renforcement des capacités, la promotion et protection des droits des femmes, enfants et personnes vulnérables, la santé sexuelle et reproductive, les VBG et la paix et sécurité.

Le sous-thème sur les instruments internationaux, régionaux et nationaux relatifs à l’égalité des droits entre l’homme et la femme a été abordé par Me Pumbulu.

Celle-ci a souligné que sur le plan international, régional et national, les droits de la femme sont protégés, avant de citer la déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, le protocole de la SADEC, la Constitution de la RDC et le Code du travail.

 » Le rôle et la responsabilité des jeunes dans la onsolidation de la paix » et  » le concept sur la masculinité positive  » ont été développés par l’Assistant Responsable du Département VBG au sein de la Coordination en charge de la Jeunesse, lutte contre les violences faites à la femme et traite des personnes, Gobi Kinkufi.

En abordant la question sur la masculinité positive, il a notifié qu’on devient masculin positif lorsqu’on utilise entre autres sa force, leadership pour tirer la femme vers le haut.

Raison pour laquelle, l’Union africaine cible les Présidents de la République, les chefs d’entreprises, les universités, les leaders traditionnels, les chefs religieux et les organisations des droits des femmes et des jeunes dans la matérialisation de la masculinité positive.

En ce qui concerne le rôle de ces jeunes dans la consolidation de la paix, M. Kinkufi a renseigné que les Nations-Unies ont adopté la Résolution 2250 qui recommande leur implication dans la prévention des conflits et participation au processus de paix.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.