Société

L’ONG « AFIA MAMA » A CÉLÉBRÉ LES DEUX FEMMES À LA TÊTE DE LA PROVINCE DE BAS-UELE

La coordonnatrice de l’ONG « Afia Mama », Mme Anny Modi, a exprimé sa joie de recevoir la Présidente de l’Assemblée provinciale et Gouverneure a.i de la province de Bas-Uele, accompagnée des femmes leaders des différentes structures de la société civile, le samedi 1er octobre dernier, dans l’établissement de sa structure situé dans la commune de Lingwala. C’était pour un moment d’échange sur le développement socioculturel, économique et politique de la province de Bas-Uélé.

Pour Mme Anny, c’est une exception de voir deux femmes à la tête d’une province dont l’une à l’Exécutif et l’autre, à l’Assemblée provinciale. Sur le 26 provinces que compte le pays, c’est seulement dans le Bas-Uele où l’on retrouve deux femmes à la tête de la gestion.

La femme est jugée juste sur base des préjugés alors qu’elle n’a pas des ressources nécessaires mises à sa disposition pour faire le travail qu’elle est censée faire. « Nous voulons qu’après votre mandat qu’on dise qu’il y a eu deux femmes à la tête de la province et que pendant leur mandat, plusieurs choses ont été amorcées et qu’après vous, l’élan du développement a été insufflé sur la province. Qu’on ne parle pas des provinces que lorsqu’il s’agit de la politique car la femme gère avec la tête et le cœur et cela réduit au maximum le risque de tension et augmente les besoins de répondre aux attentes sociaux économiques de la population ». C’est en ces termes que les femmes leaders de la société civile se sont exprimées par le biais de Mme Anny Modi, à endroit de celles qui les représentent à la tête de la province.

La gestion de deux femmes à la tête est un grand défis, pas seulement pour elles, mais surtout pour toutes les femmes congolaises qui militent pour la participation de la femme dans la gestion de la chose publique. « Que votre réussite devienne notre jurisprudence. Lorsque les gens diront Mwasi atongaka mboka te, nous allons leur dire que c’est faux car nous avons eu deux femmes à la tête de la province de Bas-Uele qui ont pu travailler favorablement », a ajouté la coordonnatrice de l’ONG « Afia Mama ».

La Présidente de l’Assemblée provinciale, Augustine Dako, s’est dit flattée de l’accueil réservé en leur faveur. Pour elle, les femmes ont tous les atouts possibles pour occuper des hautes fonctions de gestion. Elue depuis le 11 mars 2019, elle est jusqu’aujourd’hui à la tête de l’Assemblée provinciale et accompagne la province pour son émergence.

La province de Bas-Uele est gérée. Il y a des hommes qui ont travaillé avant nous et nous nous continuons là où eux se sont arrêtés car l’union fait la force. Ensemble nous allons faire avancer la province. Nous sommes très disponibles de travailler avec les partenaires car la province est dans sa phase de décollage et nous allons relever le défi », a-t-elle ajouté. Mme Augustine Dako a précisé que le Bas-Uélé comprend forte potentialité agricole à hauteur de 40%.

Quant à Mme Ruth Bangosa, ancienne ministre provinciale du Genre et du Portefeuille, actuellement gouverneure a.i du Bas-Uélé, elle a remercié le Chef de l’Etat pour son accompagnement dans la promotion du leadership féminin en RDC, avant de saluer la bravoure des femmes dynamiques de sa province en général, et en particulier celles qui occupent des postes de prise de décisions, en l‘occurrence, la CENI et la Mairie du Bas-Uélé.

Les deux autorités féminines du Bas-Uélé ont, par ailleurs, plaidé pour la construction des axes routiers dans ladite province afin de faciliter l’arrivée des matières agricoles dans la ville qui répondra aux besoins sociaux de la population.

La rencontre a connu la participation de la députée provinciale du Sankuru, de la chargée de projets au programme Voix et Leadership des Femmes (VLF), Astrid Tambwe et de la coordonnatrice de la Dynafec ,Mme Kanku. L’unique femme élue qui siège avec 24 hommes députés à Sankuru, Mme Emandji Thérèse, a profité de ce moment d’échange pour conseiller aux autorités féminines provinciales du Bas-Uélé de toujours travailler en synergie et dans l’unité, et qu’elles soient toujours soudées pour faire avancer la province.