Société

Kinshasa: les vendeuses du marché de la liberté déplorent les mauvaises conditions de leur environnement

Les vendeuses du marché de la liberté situé dans la municipalité de Masina, au district de la Tshangu, à Kinshasa ont déploré les mauvaises conditions dans lesquelles elles exercent leur commerce depuis un certain temps.

Ces femmes n’ont cessé d’exprimer leur ras-le-bol suite à l’insalubrité et l’insécurité au sein du marché, y compris les taxes et autres droits dus à l’Etat.

 » Nous vendons dans de très mauvaises conditions et presque à même le sol, pour certaines d’entre nous. L’hygiène au sein du marché de la liberté constitue actuellement un véritable casse-tête. Les services chargés d’assurer la propreté dans les différents compartiments du marché n’exécutent plus convenablement leur tâche. C’est ainsi qu’il y a de tas d’immondices de part et d’autre « , a expliqué Mme Rosette Kabeya, vendeuse des épices au marché de la liberté.

 » Il est bon de condamner les services chargés d’assurer la propreté dans le marché, mais c’est plus mieux que nous puissions prendre conscience de notre part de responsabilité en tant que vendeuses. Lorsque nous jetons nos déchets, nous ne tenons pas compte des dégâts que ce geste peut causer sur l’environnement de notre marché. Raison pour laquelle lorsqu’il pleut, les eaux de pluie rendent l’accès au marché inaccessible, a affirmé Mme Laetitia Benga, vendeuse des légumes au sein du marché de la liberté,

Quant au paiement des différentes taxes, Mme Charlotte Mpila, vendeuse des vivres frais, a signifié que  » nous payons au moins cinq taxes chaque jour sous plusieurs formes. C’est vraiment difficile pour nous qui ne dépendons que de ces petites activités commerciales pour tenir les deux bouts du mois. Nous demandons aux autorités du pays de nous alléger le fardeau concernant ces différents droits que nous devons payer à longueur des journées »,

En parlant de l’insécurité, Mme Yolande Madi, vendeuse d’huile, a, pour sa part, fait savoir que « nous vendons dans ce marché avec la peur au ventre étant donné que les enfants de la rue, communément appelés shegué, nous assiègent au jour le jour. A la moindre distraction , ces gamins sont en mesure de pouvoir vous voler tout votre argent. Une situation difficile pour la plupart des femmes qui sont des veuves et à la recherche du pain quotidien pour leurs enfants ».

Pour rappel, le marché de la liberté autrement appelé marché de Bitabe (entendez marché de bananes) est un don offert par l’ancien Président de la République démocratique du Congo, Laurent Désiré Kabila, à la population de la Tshangu, particulièrement à celle de la commune de Masina, pour avoir défendu cette partie de la capitale contre les rebelles ayant tenté de prendre le contrôle de la capitale.

Serge Musene

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.