Société

Kasaï-Central : Saint Valentin , les langues se délient sur « la fête des amoureux »

D’une personne à une autre, l’amour peut prendre plusieurs formes et s’exprimer de façon particulière. Réinventer l’amour au quotidien, et non de façon occasionnelle telle lors de la Saint-Valentin, devient une tâche essentielle pour garder longtemps la flamme de l’amour. Peu, sont ceux qui y parviennent.

Force est de constater qu’en cette date du 14 février, les partisans de la Saint-Valentin sont très actifs pour faire plaisir à son partenaire. L’heure est à l’attention et aux cadeaux tous mignons. Une habitude pourtant à intégrer dans la vie de tous les jours comme le pense Freddy Biamanyi,chef des travaux à l’université pédagogique de Langage(UPKAN).

« Quand je réalise qu’il y en a qui attendent la Saint-Valentin pour s’offrir des cadeaux, se démontrer qu’ils s’aiment et le lendemain oublier qu’ils sont en couple, donc en union, je trouve ça ridicule », a-t-il indiqué.

Telle une plante ou un être humain, plusieurs personnes dans le monde s’accordent pour affirmer que l’amour a aussi besoin de vivre, de s’exprimer, de s’épanouir et de grandir, sinon il meurt. Aimée Tshitenge, mère au foyer assimile la journée de la Saint-Valentin à la journée de lutte contre le sida ou le cancer.

« La commémoration de ces jours ne suppose pas que la lutte contre ces maladies n’est pas effective. C’est plutôt une manière d’attirer l’attention des populations et autorités et les inciter à œuvrer davantage dans ce sens. C’est pareil, en amour. On ne doit pas attendre la journée du 14 février pour être le plus romantique du monde ou désirer à tout prix un cadeau physique. En plus de célébrer l’amour au quotidien, cette journée est une occasion spéciale de comprendre que ça en vaut la peine », a-t-elle évoqué.

En observant la société dans laquelle nous vivons, beaucoup disent que l’amour doit se manifester au quotidien et peu parviennent à ce résultat. Dr Benjamin Bende Bende, expert en santé et sociologue de formation compare cela à une forme d’hypocrisie envers soi-même et de vices pour une relation amoureuse.

« C’est d’ailleurs ce qui justifie que soit on est motivé par les mauvaises raisons pour célébrer la Saint-Valentin ou qu’on s’en détourne par motif qu’il ne faut pas juste attendre cette date pour paraitre sentimental », a-t-il souligné.

Il faut croire qu’entre célébrer et ne pas célébrer, chacun est libre selon sa conception. « Le plus important est de se focaliser sur l’essentiel : l’amour. Ne pas faire semblant quand ça ne va pas au sein d’une relation. Faire tomber la honte et la peur pour exprimer clairement et librement son amour. En effet, combien d’hommes ou de femmes n’osent dire ou faire certaines choses avec leurs partenaires sous prétextes que ce n’est pas de leur tradition alors même qu’ils le désirent au plus profond d’eux. Faisons tomber les masques et arrêtons de paraitre au lieu d’être. Vivons simplement et profitons de chaque instant tant que ça dure », précise-t-il.

La Saint-Valentin s’est invitée et elle s’est imposée dans la culture congolaise comme la célébration de l’amour avec tous les rituels tels que les cadeaux, les fleurs et une couleur de tenue exigée. Dans certain cas, elle renforce les liens sociaux dans les couples mais elle est en même temps source de cassure des couples.

Vous avez des reclamations ? Veuillez les signaler ici .