Société

Dr Augustin Kapika à la base de la construction de deux ponts jetés sur les rivières Rungu et Baluba

Dr Augustin Kapika a inauguré, le mercredi 30 juin dernier, deux passerelles aux groupements Buma et Kinsala dans la commune de la N’sele à Kinshasa en présence de deux Chefs coutumiers du secteur, Néné Mayasi de Buma et Raphael Kondi de Kinsala.
C’est en deux temps que s’est déroulée cette cérémonie, d’abord sur la rivière Rungu à la frontière entre Kinsala 1 et Buma, ensuite, sur la rivière Baluba, du nom du premier occupant de ce territoire, aux confins entre Kansi et Buma.
Fils du terroir, Augustin Kapika a choisi de passer sa journée du 30 juin marquant la commémoration du 61è anniversaire de l’indépendance du pays, à côté des peuples Buma et Kinsala à qui il a toujours témoigné un soutien indéfectible. La construction de deux ponts jetés à la lisière de ces groupements est une preuve supplémentaire de son attachement à ces deux contrées de la périphérie Est de la capitale.
Seule une motivation sociale sous-tend la sollicitude manifestée par Dr Kapika réputé être un homme de grand cœur toujours disposé à servir les autres. Ces ouvrages sont censés permettre à la population urbano-rurale de Nsele d’évacuer librement ses produits vers les centres de consommation et de s’interconnecter en brisant les murs de l’enclavement.
Désormais, les difficultés qu’éprouvaient autrefois les habitants de ce coin de la capitale ne constituent plus qu’un lointain souvenir. Dans ses propos, Dr Kapika y est revenu comme pour édifier l’assistance sur la portée éminemment sociale de ces ouvrages : « C’était difficile pour les femmes enceintes de joindre la maternité et pour les enfants d’aller à l’école puisqu’ils devraient braver au quotidien la rivière pour aller de l’autre côté où se trouvaient les hôpitaux, les écoles et le marché. Chaque fois quand je passais par ici, il était difficile pour un véhicule d’y accéder. Une femme qui veut accoucher, on la transportait sur la moto. C’est fut très pénible », a indiqué Dr Augustin Kapika. Et d’ajouter qu’il des gens qui mouraient par manque de transport pour aller vers les grands centres médicaux.
Buma et Kinsala sont deux contrées coupées hélas de Kinshasa alors qu’elles y sont des composantes à part entière. Ici, il y a des grands champs des produits agroalimentaires, sauf que c’est difficile de les évacuer. « Je suis congolais et je suis de la contrée. Je ne peux pas être insensible aux malheurs de la population. Ça m’a beaucoup affecté et j’ai trouvé que je devrais contribuer pour désenclaver ce coin de Kinshasa. C’est avec ma poche que j’ai réalisé ces deux œuvres. C’est pour compatir avec la population locale », a par ailleurs expliqué Dr Kapika.
Dans la foulée, il a indiqué avoir fait sa part et qu’il appartient désormais aux autorités et à l’ensemble de la population kinoise de mettre la main à la pâte pour développer et répondre aux besoins du pays. « Je ne pense pas que ce sont mes dernières réalisations. A chaque fois que j’aurais l’occasion d’aider mes frères et sœurs congolais avec mes moyens de bords, je le ferai sans hésitation. J’ai fait les ponts et j’en appelle à nous tous pour les entretenir et d’en assurer un bon suivi », a-t-il répété, visiblement content de l’aboutissement heureux de ce projet social.
C’est entre les mains de Dieu Tout-puissant et des ancêtres-protecteurs qu’ont été dédiés ces deux ponts enfin que les deux peuples de Buma et de Kinsala puissent jouir des avantages que ces édifices vont leur procurer. Joignant leurs voix à celle de la population locale, les Chefs coutumiers présents ont prié pour leur bienfaiteur à qui ils ont, par ailleurs, exprimé toute leur gratitude.

L'auteur