[pro_ad_display_adzone id=5907]
Interview

Tendresse Tana NSIMBA, “La femme est une force qui s’ignore”

 Femme porteuse de solutions pour son pays la République Démocratique du Congo en général et en particulier la province du kongo Congo. Elle est une Infirmière, administrateur directeur commerciale et marketing à la chambre du commerce en RDC. Juriste de formation et Militante des droits des femmes, Tendresse Tana Nsimba, est  aussi une entrepreneure congolaise   déterminée par sa force à investir   dans   la culture de manioc à kimpese , où elle a plus deux   hectares cultivés.  Au cours d’une interview accordé a Femme d’Afrique  Magazine , elle nous livre le secret de son ascension .

 Qui est Tendresse Tana Nsimba?

Je suis une femme entrepreneure congolaise, âgée de 29 ans. Née au Kongo Central, à Kwuilu- Ngongo. J’ai passé une grande partie de ma vie à kimpese où j’ai fait mes études primaires et secondaires. Après cela, je suis descendu à Kinshasa pour poursuivre mes études supérieures et universitaires. Tendresse Tana est graduée en Sciences Infirmières, option Techniques de Laboratoire. Je suis aussi graduée en Sciences Économiques et de gestion. Actuellement, juriste en formation, c’est-à-dire je suis entrain de faire le droit.

 Quel est  votre parcours professionnel ?

Après mes études supérieures en 2017, j’ai travaillé comme technicienne de laboratoire dans des différents centres médicaux à Kinshasa, entre autres:  AMZA, LE ROCHER, LA PUISSANCE; ET aussi à l’hôpital général de référence, ex. Maman Yemo et au Centre Hospitalier de Monkole.

Pendant que je travaillais comme technicienne de laboratoire, j’assumais aussi le fonction de la coordinatrice chargée des relations publiques au sein de la Fondation Monseigneur BOKELEALE, FBOKEDI en sigle. Depuis le mois de mars 2019, je travaille à la commune de Limete comme inspectrice de la territoriale ; je suis aussi déléguée au budget participatif à la commune de la Gombe. À la chambre du commerce de la RDC, CCRDC en sigle, j’ai été notifiée comme Administrateur directeur commercial et marketing. Toujours en 2019, tout au long de mon parcours et partout où je suis passée , j’ai constaté que la femme est une force qui s’ignore; c’est pourquoi j’ai créé l’Ongd dénommée « Lumière » dans le but d’éveiller la conscience de la femme en général par la sensibilisation, des formations, des motivations et autres, en vue de faire d’elles des actrices de développement intégral des communautés et aussi leur apprendre l’autonomisation personnelle, d’où notre devise:  » Apprendre pour se prendre en charge »

 En quoi consiste votre principal challenge   au quotidien ?

Chercher à éduquer les femmes en général et les filles-mères en particulier en vue de l’auto- prise en charge matérielle et éducative ; mais aussi dans l’auto-participation au développement local durable, tout en augmentant leurs capacités intellectuelles et techniques ; En tant qu’entrepreneure agricole, je vais contribuer à l’approfondissement des connaissances nécessaires à l’amélioration des agricultures durables pour le développement des communautés. Sensibiliser les opinions publiques aux enjeux de l’agriculture ; Défendre l’environnement en luttant contre le réchauffement climatique par le reboisement ; En tant que personnelle de la santé, je vais  œuvrer pour la promotion des droits sociaux ( santé, éducation…). Pour atteindre ces objectifs, nous avons besoin de l’appui des partenaires tant nationaux qu’internationaux.

 Quel est votre rêve le plus fou?

Devenir une entrepreneure à un niveau international et mobiliser, influencer un grand nombre à se lancer dans l’entrepreneuriat pour le développement des communautés

 Avez- vous un défi  à relever?

En tant qu’entrepreneure dans l’agriculture, je ne suis pas encore arriver mobiliser des fonds ou avoir financement pour des grandes étendues; mais je me bats, avec l’aide de Dieu, pour y arriver. 

 Votre mot de la fin !

Je suis déterminée à atteindre avec ou sans financement les objectifs que je me suis assignée parce que je crois en la force de la femme que je suis ; ne dit-on pas que quand la femme se lève, tout bouge?  La femme a le don de créer, de transformer, de multiplier et d’illuminer a t-elle  conclu.

L'auteur