[pro_ad_display_adzone id=5907]
Société

Kasaï-Central : Ouf de soulagement pour les acteurs impliqués dans la lutte contre les VBG faites aux femmes

Les acteurs impliqués dans la défense et promotion des droits des femmes et filles saluent l’adoption de l’édit portant modalité de scolarisation et protection des enfants victimes des violences sexuelles ou des viols au Kasaï Central par l’hémicycle provincial.

En effet, l’Assemblée provinciale du Kasaï-Central a adopté, le vendredi 19 novembre 2021, l’édit portant modalité de scolarisation et protection des enfants victimes des violences sexuelles ou nés de viol dans la province du Kasaï-Central.

C’était au cours de la plénière dirigée par le vice-président de l’Assemblée provinciale du Kasaï-Central, Marcel Tshipepele, consacrée à l’amendement et adoption, article par article, dudit édit initié par la députée Béatrice Kapinga, élue de la ville de Kananga.

Cet édit sera mis en exergue dès sa promulgation par l’exécutif provincial et protégera les filles victimes des violences sexuelles qui sont stigmatisées et marginalisées dans leurs cursus scolaire par la communauté.

«… Nous avons mis en place un cadre légal de protection de droit, scolarisation des enfants victimes des violences sexuelles ou nés de viol, car ces enfants sont indexés par la société où parmi ces enfants, il y en a qui peuvent servir le pays dans l’avenir. C’est pourquoi nous avons voulu mettre en place ce cadre pour que ces enfants soient pris en charge par le gouvernement », a déclaré l’initiatrice de l’édit.

Selon l’esprit de l’édit, il y aura une phase d’identification des filles victimes des violences sexuelles ou enfants nés de violences sexuelles, le premier semestre de chaque rentrée scolaire à dater de sa promulgation par le gouverneur de province.

En réaction, la coordinatrice de l’ONG Ligue des femmes et filles instruites pour le développement (LIFID), félicite les élus provinciaux pour avoir doté à la province ce qu’elle qualifie des béquilles pour les leaders féminins qui militent pour la baisse sensible des cas des VBG et viols dont sont victimes les femmes et filles au Kasaï Central.
Rachel Ngalula félicite en même temps l’auteur de cette politique juridique et promet de s’impliquer dans la vulgarisation de cet édit ainsi que le suivi de sa mise en valeur.