BGFI – 3 Qualifié
BGFI – Rakka Cash
BGFI – Payement Impôt
FDA 10 ans Bannière
Actualité

L’apport du numérique dans le développement au centre d’une conférence scientifique

La Fondation Femme et STEM Asbl a, jeudi 30 mars 2023 au centre Wallonie-Bruxelles Kinshasa, organisé une conférence scientifique, sous le thème : « l’apport du numérique dans le développement ».

Selon la présidente de la Fondation Femme et STEM Asbl, Clarisse Falanga, cette conférence rentre dans le cadre de la journée internationale de la femme (JIF) qui marque une étape importante à la revalorisation des droits de la femme concernant sa représentativité dans différentes sphères de la société.

Elle a fait savoir que le thème choisit touche la gent féminine parce que, selon le Secrétaire général des Nations-Unies, moins d’un tiers de femmes seraient axées sur les filières relatives aux science, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM). Cette sous-représentativité de femmes est considérée comme une discrimination.

« Raison pour laquelle, nous devons motiver les dames à pouvoir utiliser le digital pour valoriser leurs activités. Cela concerne la femme maraîchère, vendeuse, scientifique, politique, juriste, journaliste… », a affirmé Mme Falanga.

 » Aujourd’hui, seul le numérique peut nous aider à accéder à des endroits où nous ne pouvons pas y arriver physiquement « , a-t-elle ajouté.

Mme Falanga a notamment indiqué que sa Fondation est axée dans la promotion de l’innovation et la revalorisation de la place de la femme dans les filières des science, technologie, ingénierie et mathématiques.

 » Elle vise aussi à pouvoir aider la femme à retrouver sa place centrale, comme maillon de pérennisation de culture dans les filières de STEM.

La présidente de la Fondation Femme et STEM a profité de l’occasion pour encourager la femme, particulièrement la jeune fille de pouvoir se renforcer en capacité, de s’informer et de se réadapter à la migration de STEM qui nous invite à nous approprier le numérique.

Apprendre le numérique au bas âge

Le Secrétaire général académique de l’université de Kinshasa (UNIKIN), Prof. Eustache Banza, l’un des panelistes, a renseigné que pour avoir la culture numérique, il faut que cela puisse commencer dès le bas âge.
« Il faut commencer à initier les enfants à l’usage de technologies de l’information et de la communication (TIC) à partir de la maternelle », a-t-il recommandé.
Question de les initier à temps pour qu’ils ne soient pas dans l’obligation d’apprendre d’abord le numérique au moment de créer.  » Ça va être deux poids en même temps », dit-il.

La Conseillère au ministère du Numérique en charge des aspects liés à la réglementation des applications et de contenu numérique, Olga Kavira, a notifié que la volonté du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi est de faire du numérique un levier d’intégration.

C’est ainsi que le programme de transformation numérique du pays est axé sur 5 secteurs, à savoir la santé, l’éducation, les finances, l’administration publique et l’identité digitale.

« A travers ce programme, le gouvernement voudrait changer le vécu congolais en apportant la touche digitale. En d’autres termes, il y aura des services offerts aux citoyens pour avoir une culture numérique afin de participer au développement de la RDC », s’est exprimée Mme Kavira à la presse.

Dans son mot de bienvenue, la Déléguée générale Wallonie-Bruxelles à Kinshasa, Kathryn Brahy, s’est dit convaincue de l’apport du numérique dans l’entrepreneuriat et les innovations.

S’agissant de la Conseillère coopération et partenariats économiques à la délégation générale Wallonie-Bruxelles en RDC, Rosette Kabona, cette conférence scientifique demeure un cadre d’échange.

« Le numérique est un levier très important pour le développement économique de ce pays », a-t-elle souligné, tout en martelant qu’actuellement on ne peut se passer du numérique qui a envahi notre quotidien.

Signalons que cette activité a connu également la participation de la physienne, Christiane Mubikayi et de président de Fenx SASU, Bonny Maya.

TS

L'auteur

Votre avis sur cet article