FDA 10 ans Bannière
BGFI – Rakka Cash
BGFI – Payement Impôt
BGFI – 3 Qualifié
Actualité

Des acteurs sociaux décident d’accompagner le processus de l’aboutissement de la proposition de loi sur les VSBG

L’ONG Journalists for Human Rigth (JHR-RDC) a organisé, mardi 28 mars 2023 à Kinshasa, une table ronde sur « l’engagement des acteurs pour faire avancer le processus de la proposition de loi sur les Violences sexuelles et celles basées sur le genre (VSBG) ». C’était à l’intention des décideurs, membres des organisations de la société civile et journalistes.

L’objectif principal est d’amener les différentes parties prenantes à s’impliquer pour faire avancer le processus de la loi sur les VSBG. Aussi, d’amener les participants à comprendre la nécessité de voir la République démocratique du Congo être dotée d’une loi pour lutter contre ces violences.

A cette occasion, les acteurs sociaux ont signé une note de plaidoyer, tout en formulant certaines recommandations aux différentes parties concernées.

Pour le gouvernement, les participants ont sollicité à ce que cet avant-projet sur la prévention et la répression des violences basées sur le genre puisse être validée.

Concernant le parlement, ils ont recommandé la programmation, lors de la prochaine session de septembre, dudit projet de loi parmi les matières à traiter urgemment.

S’agissant des acteurs sociaux, ils ont décidés à disposer d’une feuille de route d’engagement social et citoyen sur le plaidoyer en faveur de l’adoption et de la vulgarisation du document.

De son côté, la Chargée des Programmes de JHR, Lucie Ngusi a indiqué que « cette table ronde rentre dans le cadre de la mise en œuvre de l’objectif de JHR-RDC. Ce dernier consiste à impliquer les parties prenantes au projet pour la promotion, la défense et la protection des droits des femmes et filles ».

Elle a fait savoir que JHR-RDC vise à engager les membres des communautés au respect des droits humains et plus particulièrement ceux des femmes et des filles.

La Représentante du ministre d’Etat de la Justice et garde des Sceaux, Josepha Pumbulu, a relevé l’importance de cette proposition de loi en RDC.

Conseillère en charge du genre, violences sexuelles et protection de l’enfant, elle a, au nom de son ministre, signalé que la patronne de la justice congolaise dit être impliquée pour faire avancer ce projet de loi au niveau du gouvernement et de veiller sur sa transmission au niveau de parlement pour son adoption.

Selon Mme Pumbulu, cette proposition de loi permettra de renforcer le code pénal de la RDC dans le but de lutter contre les différents types de violences basées sur le genre et l’impunité en RDC.

Quant à l’Assistant en charge des violences basées sur le genre à la coordination de la Jeunesse, lutte contre les violences faites à la femme et Traite des personnes, Gobi Kinkufi, il s’est avéré que trois organisations de la société civile détenait, chacune, une ébauche de loi, mais grâce à l’appui de la coordonatrice, il y a un seul avant-projet de loi harmonisé.

Notons que cette rencontre a connu la collaboration de ministère de la Justice, de l’Union Congolaise des femmes des Médias (UCOFEM) et du bureau de la coordination de la Jeunesse, violences faites à la femme et traite des personnes, un service spécialisé au cabinet du président de la République.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article